bio

Pour Cyrille Aimée, l’improvisation n’est pas seulement une technique vocale, c’est un mode de vie qui lui permet non seulement de partager avec le monde sa voix séduisante et son éblouissante créativité, mais qui l’a conduite sur des chemins inattendus.

Prête à saisir chaque nouvelle opportunité, la jeune chanteuse commencera par chanter dans les rues d’Europe jusqu’à se présenter face aux publics exigeants des plus prestigieux festivals de jazz au monde; elle passera par l’intimité de la chanson dans les camps manouches de sa France natale jusqu’ à la scène de Broadway; elle confrontera l’ auditoire redoutable du célèbre Théâtre Apollo de New York jusqu’à être aujourd’hui reconnue par le Wall Street Journal comme “Une des chanteuses les plus prometteuses de sa génération” et par le New York Times comme “Une étoile montante dans la galaxie des chanteuses de Jazz”.

Au printemps 2018, Cyrille Aimée clos un chapitre de sa brillante carrière avec la sortie de son nouvel album "Live" (sorti en Juin, sous le label Mack Avenue Records). Largement acclamée par les critiques du New York Times et Wall street Journal, cette sortie apparait comme le dernier épisode de son groupe musical en rendant hommage en direct aux enregistrements presentés durant ces 5 derniéres années.Toujours à la recherche de nouvelles aventures, Cyrille Aimée nous offrira bientôt son prochain album, à paraitre début 2019: un hommage au légendaire auteur-compositeur Stephen Sondheim.

"Dans mon cas,” Cyrille a confié aux spectateurs captivés par sa conférence de TedX en 2015 " plus qu’une vocation musicale, c’est surtout une aventure humaine qui m’a inspirée de dédier ma vie à ce métier”.

L’ aventure a commencé dans le village de Samois-sur-Seine, en France, où la jeune Cyrille Aimée bénéficie d’une grande diversité d’influences musicales entre un père français et une mère dominicaine: de Michael Jackson à la chanson française, en passant par le flamenco, la meringue, la salsa. Dans le salon familial, elle dansait avec sa soeur, essayant de multiples cadences, des swings joyeux et des rythmes chaleureux que reflètent tant sa musique aujourd’hui.

Sa passion pour la musique et une insatiable curiosité l’entraînent vers une découverte qui changera sa vie. Attirée par la musique et les feux de camps que les manouches improvisent en venant chaque année à Samois–sur-Seine lors du festival Django Reinhardt, la précoce Cyrille quitte sa chambre la nuit lorsque ses parents dorment. Ces expériences exposent Cyrille Aimée non seulement aux joies du jazz manouche qui viendra enrichir sa palette musicale, mais plus important encore, aux pratiques spontanées, aux modes nomads et aux journées remplie de musique qui caractérisent la vie des manouches.

L’improvisation, son potentiel illimité et le désir de créer des instants dans l’imprévu mèneront inévitablement Cyrille Aimée vers le jazz. Adolescente, Cyrille chantera dans des cafés et des clubs parisiens, puis elle rentrera à l’American School of Modern Music à Paris. Elle aura sa première heure de gloire - ou plus précisément de notoriété – en étant sélectionnée parmi les 16 demi-finalistes de la ‘Star Academy’. Elle quittera néanmoins le projet, réalisant les contraintes du contrat, enflammant ainsi la presse française.

Elle fuit alors l’attention des médias puis, très vite, elle est attirée par New York, où elle rentre à l’Université de Suny Purchase, proche de Manhattan, plaque tournante du Jazz. Elle perfectionne son talent par des concerts hebdomadaires dans des Restaurants à Soho et au club de jazz ‘Birdland’; en même temp qu’elle devient une ‘résidente’ du club ‘Smalls’ de Greenwich Village, où le pianiste et co-propriétaire Spike Wilner ainsi que le saxophoniste Joel Frahm font d’elle leur protegée.

Pendant ses premières années à New York, Aimée rentre régulièrement en Europe, organise des randonnées sur le Continent avec des amis musiciens américains. Pour rembourser leur voyage, ils chantent au hasard des festivals de jazz. Cyrille Aimée se présente également au fameux Festival de Jazz de Montreux en 2007, et gagne le premier prix du concours vocal – ainsi que le prix du public – ce qui lui permet d’enregistrer son premier album. C’est une première marque de reconnaissance qui en annonce d’autres, notamment celle de gagner le Concours International Sarah Vaughan, d’être finaliste au concours de jazz vocal Thelonious Monk ainsi qu’à celui de TV5 MONDE Talent Acoustique.

Sorti en 2008, l’album “Cyrille Aimée and the Surreal Band” va très vite mettre en vedette les attraits de la chanteuse, sa voix soyeuse et ses effets de style variés, en y ajoutant un rythme enjoué, des tonalités françaises et latines, et une touche élégante de folk et de pop.

Dans les années qui suivront, elle continuera à s’affiner et à étendre ses talents, en intégrant des éléments de musique brésilienne, du jazz manouche et un répertoires de compositions originales. Deux albums en duo suivront, avec le guitariste brésilien Diego Figueiredo, deux autres avec des enregistrements ‘live’ dans les cabarets de jazz ‘Birdland’ et ‘Smalls’, ce dernier avec le fameux trompettiste Roy Hargrove comme artiste invité, ainsi qu’un album spécial avec l’ Orchestre de jazz de Chicago.

En 2014, Cyrille Aimée sort “It’s a Good Day”, son premier album sous le label de Mac Avenue Records, qui viendra marquer les débuts d’un nouveau groupe très innovant lui permettant d’explorer les diverses facettes de son talent de façon passionnante. Son quintet associe deux guitaristes extraordinaires: la musique contemporaine de l’italo-français Michael Valeanu avec les cordes métalliques et l’esprit manouche d’ Adrien Moignard. Avec le même groupe, suivra “Let’s Get Lost” en 2016: un album qui prendra la première place du ‘hit parade’ jazz aux USA. Cet album permet à Cyrille et son groupe de révéler leurs multiples talents lors des nombreuses tournées musicales du quintet ces trois dernières années en Amérique, Europe et Asie.

Stephen Sondheim, une légende dans le domaine musical reconnait en Aimée le don captivant qu’elle a pour raconter des histoires à travers le chant et qui pourrait se traduire sur les scènes du Music Hall.

C’est ainsi que l’icône du théâtre musical l’a choisie pour jouer, en Novembre 2013, dans une Présentation ‘Encores Special’, en hommage à Sondheim, avec la fameuse actrice Bernadette Peters, au New York City Center, avec le soutien de Wynton Marsalis et l’Orchestre de jazz du Lincoln Center. Saluée par le New York Daily News comme “la révélation”, Aimée est retournée sur la scène, et apprend la technique Meisner, une méthode de jeu qui a révélé des vedettes tels que Diane Keaton, Tom Cruise et Robert Duval.

Cyrille aime aussi partager des épisodes de sa vie avec son public, de même qu’avec ses étudiants, en espérant leur transmettre la même ferveur de vie improvisée que les manouches ont réveillé en elle. Après sa conférence TedEx, Cyrille Aimée a également été invitée à deux reprises à donner des conférences aux Affaires Mondiales à l’Université de Boulder dans le Colorado Cyrille donne également des Master Class à des musiciens en herbe, les invitant à mener une vie consciente et spontanée, - tout en leur lançant un appel sur la nécessité d’améliorer notre attitude vis-à-vis des smartphones et autres appareils addictifs de la vie moderne.

Pour Aimée, le futur lui réserve des surprises ainsi que pour ses admirateurs. Aujourd’hui, après plus de 10 ans à New York, elle entame un nouveau chapitre à La Nouvelle Orléans, peut-être la seule autre ville aux Etats-Unis où le mélange des accents et des genres musicaux peuvent répondre aux siens. Elle est aussi plus focalisée que jamais sur ses propres compositions, menant sa musique vers des nouveaux horizons encore indéterminés. Ce qui est sûr, comme toujours avec Cyrille Aimée, c’est que son étincelle créative lui ouvrira d’autres chemins, quelle que soit la nouvelle aventure.